Lothae, Lo, Lohes, Loes, Loez, Lhoes, le nom de la commune a beaucoup varié au cours du temps. Il a été fixé définitivement sur les actes publics sous la forme de Loos en 1791. En 1937, pour éviter les confusions avec Loos-lez-Lille, le nom de la Gohelle, ancienne région où la commune est située, lui a été adjoint. Depuis, la ville de Loos-lez-Lille a décidé de ne garder que le nom de “Loos”, ce qui rétablit une confusion avec celui de notre commune.

Loos-en-Gohelle fait partie de la CommunAupole de Lens-Liévin, de l’arrondissement de Lens, de la 13e circonscription électorale du Pas-de-Calais.

Au cœur de la Gohelle, plaine qui s’étend au pied des collines de l’Artois, Loos-en-Gohelle combine les atouts d’une ville et de la campagne.

Ville de 7 080 habitants, la commune jouxte les villes de Lens et Liévin tout en étant proche de Béthune (15 km), Arras (20 km), Lille (35 km). Le vaste territoire de Loos-en-Gohelle couvre une superficie de 1270 hectares, dont plus de 800 classés en zone naturelle et à vocation agricole. Plus de 260 ha sont bâtis. Une surface importante est constituée de friches minières, maintenant réhabilitées, et de terrils.

Le paysage de la commune a été modelé par la mine et par l’agriculture. Le village rural du XIXe siècle s’est transformé en ville minière, avec la découverte des veines de charbon et leur exploitation. Cependant, 70% du territoire est composé, aujourd’hui encore, de terres agricoles.
Le centre-ville, que l’on appelle toujours “village”, groupé autour de la Mairie et de l’église Saint-Vaast, s’est étoffé de nouveaux quartiers dotés d’équipements scolaires ou de loisirs, culturels et sportifs.

En choisissant le développement durable, notre projet de ville comprend un volet social et culturel, mais aussi une volonté économique, dans le respect du cadre de vie et de l’environnement.

Loos, ville solidaire
Loos-en-Gohelle est une ville à taille humaine, où chacun doit trouver sa place, dans la tradition du Bassin Minier.

Loos, ville écocitoyenne
Loos-en-Gohelle agit pour la qualité de son cadre de vie et impulse le concept de développement durable.

Loos, ville innovante
En s’appuyant sur son histoire, ses valeurs, son patrimoine, Loos-en-Gohelle a toujours innové pour favoriser le développement économique et le rayonnement de la commune.

Loos, ville rurale
L’épi de blé symbolise la ruralité de la commune, d’abord petit village, qui garde sa tradition agricole.

Un peu d’histoire

Les plus anciens documents attestant de l’existence du village médiéval de Loos datent du XIe siècle, époque de la construction de l’abbaye d’Anchin. Mais la fondation de l’église, dédiée à Saint Vaast, qui vécut au VIe siècle, laisse à penser que la commune existait bien antérieurement.

La légende du phénix, oiseau fabuleux qui brûle et renaît de ses cendres, semble s’appliquer au destin de Loos. Cinq fois au cours des siècles, elle fut détruite : en 1213, en 1303, en 1513, en 1648, lors de la bataille remportée par Condé sur les Espagnols. La commune fut une nouvelle fois anéantie durant la première guerre mondiale en 1915 ; pas une construction, pas même un arbre n’avait échappé au pilonnage d’artillerie.
À chaque fois, la commune s’est reconstruite. Ces trente dernières années, les démolitions des cités minières, dégradées par les affaissements dus à l’exploitation charbonnière, ont une nouvelle fois éprouvé le paysage communal. Des opérations innovantes de logement ont permis de faire face à cette nouvelle épreuve.

Vie économique

La cessation de l’activité de Charbonnages de France, plus gros employeur de la région, a eu des répercussions sur l’emploi dans la commune, d’autant que Loos-en-Gohelle n’a bénéficié d’aucune activité industrielle induite par l’exploitation charbonnière, telles que centrale thermique, industrie chimique, entreprises sous-traitantes des Houillères, etc. Seule subsiste sur la commune l’agence Lens-Liévin de Soginorpa, sur le carreau de l’ancienne fosse 12, avec plusieurs centaines de personnes chargées de l’entretien des logements miniers.

Aujourd’hui, l’activité économique de Loos-en-Gohelle est essentiellement à dominante tertiaire. Si la commune ne compte pas de très grosses entreprises, plusieurs PME s’y sont implantées. Deux supermarchés et une centaine de petits commerces, entreprises artisanales et professions libérales fournissent leurs services à la population.

La ville conserve une forte connotation rurale. L’agriculture, avec une vingtaine d’exploitations, et le secteur agro-alimentaire tiennent toujours une place importante dans l’économie locale. La Station Régionale de Protection des Végétaux s’est d’ailleurs installée dans la commune en 1985, la FREDON (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles, laboratoire de lutte biologique) dans les années 90.

Le blason et le logo de Loos-en-Gohelle

Blason de Loos-en-GohelleDatant des années 80, le blason symbolise l’histoire et les caractéristiques de Loos-en-Gohelle. Lors du concours organisé en 1979 pour doter la commune d’un blason, toutes les propositions avaient en commun la représentation d’une lampe de mineur, d’un épi de blé rappelant la mise en valeur des “Rietz”, et du phénix, symbole de la renaissance d’une cité plusieurs fois détruite.

Quelques années plus tard, la municipalité adopta comme blason “un écartelé au 1 de sinople, au lion d’or lampassé de gueules, au 2 d’argent du phénix de sable sur son immortalité de gueules, au 3 d’argent, à deux pics de mineur de sable croisé en sautoir, une lampe de mineur de sable à la lueur de gueules brochant sur les pics, au 4 de sinople, à trois gerbes de blé”. On y appendit la croix de guerre 14/18, attribuée à la commune le 25 septembre 1920 pour les souffrances endurées pendant la grande guerre de 14/18.

Logo Loos-en-GohelleDébut 2002, la commune s’est dotée d’un logo choisi par les habitants.